20 ans après...

Publié le par Mamanpat

 

Un drôle de titre pour un drôle de constat. Pas forcèment celui qui s'impose immédiatement à l'esprit mais celui qui m'est venu à une heure avancée de la nuit de dimanche à lundi...

 

Début 2011

Après une année trailistique 2010 difficile, j'avais besoin de faire un break et envie d'avoir un objectif sportif collectif. Ca tombe bien, j'ai toujours une licence aviron et quelques Brut de Fleurs se sont réunies au Chablais Aviron Thonon.

En février, on se retrouve pour un WE d'entraînement et on discute des possibilités championnats.

Un certain Sergueï a déjà parlé d'un huit féminin. "Quelle idée ! Sergueï, rappelle toi comme on en a bavé pour apprendre à ramer en huit ! ". Car la condition de ma reprise est de ne pas avoir à ramer tous les WE et de gérer mon entraînement de mon côté, comme la majorité des chablaisiennes d'ailleurs ! (Des suisses, des mamans, des lyonnaises...).

C'était sans compter sur le tilt qui fait tout : ce WE là, nous étions 8, nous avons donc ramé en huit et l'étincelle a eu lieu. Ca collait ! On s'est fait plaisir, le bateau était à plat, on a bien rigolé et toutes étaient sur la même longueur d'onde : se faire plaisir !

Le 8+SF à Thonon, c'est parti !

 

 

La vie n'est pas un long fleuve tranquille...

On s'ennuierait d'ailleurs si c'était le cas ! Mais je pense qu'à plusieurs reprises, Sergueï a du frôler l'accident  cardiaque...

8 filles dispo pour les sprints, pas une de plus ! Des ligaments croisés qui ont lachés, des mariages... fallait la jouer serré !

Et puis en mars, voilà qu'une grossesse est déclarée ! Une remplaçante est trouvée outre-manche, ouf !

Puis un concombre allemand, puis une péricardie...

Autant dire que vendredi 25 juin 2011, alors que nous mettions le bateau à l'eau à 20h30, nous aurions pu bénir les dieux de ce premier rassemblement au grand complet !

De quoi faire relativiser des années et des années d'abnégation et de dévotion totale où la moindre goute au nez parraissant un obstacle pénalisant...

 

 

Samedi 26 juin - 8h46

Après un réveil musculaire sur l'eau faisant également office d'échauffement - le 8+SF étant la 2ème épreuve à s'élancer en cette belle matinée - nous voilà au pied de l'épreuve de vérité.

Que valons nous ? Où nous plaçons-nous dans la hiérarchie de cette édition 2011 qui voit 9 bateaux s'aligner ? Quelles vont être les sensations après la fébrilité d'une sortie tardive après repas la veille au soir ?

Beaucoup de questions vont enfin trouver une réponse, tout du moins, une réponse partielle !

Pour cette série élmiminatoire, il s'agit d'être classées 1eres ou 2èmes pour prétendre à accéder directement à la grande finale. Sinon c'est passage obligé par les repéchages, étape que nous préférons éviter pour épargner l'enveloppe cardiaque de Fanny...

 SS850049

Prêt, partez !

Le coup d'envoi est donné pour les 9 embarcations. Les coups du départ nous placent dans le lot et si les toulousaines prennent rapidement la tête, derrière cela reste assez engagé. Mais à mi-parcours nous prenons un bon avantage et prenons la 2ème place qualificative pour ne plus la quitter jusqu'au bip final.

Le soulagement est palpable mais un sentiment de retenu est perçu. Une pointe d'apréhension ? Un peu de fébrilité ? Expectative?

Quoi qu'il en soit, pour toutes, on peut mieux faire !

Et l'affichage des résultats nous met en confiance puisque nous réalisons le 3ème temps général en 3'20, derrière Toulous en 3'15 et nos cop's majolanes en 3'17.

 

Une longue attente...

Ce sera notre lot jusqu'à la finale du dimanche prévue à 16h !

Pour moi, tout cela donne des airs de vacances et je ne suis pas franchement vexée d'avoir le temps de déjeuner puis après quelques courses de retourner me prélasser à l'hôtel. Nous avons d'ailleurs de quoi nous occuper : tenue de club à customizer, ongles de pieds à vernir, sieste...

Redimensionnement de IMG 0860

En fin d'après-midi, nous retournons sur le bassin pour voir quelques courses et surtout faire une sortie à la fin de celles-ci afin de tenter de caler quelques détails techniques.

Et quelle bonne idée ! Voilà LA sortie qu'il nous fallait et qui renforce encore notre envie et volonté de bien faire ! 

Mais il faut avouer qu'avec le peu de kilomètrage à notre actif, chaque sortie ne fait que progresser la coque !

 SS850026

 

Et la lumière fut !

Après une 2ème nuit quelque peu agitée (lit double qui fait la banane et une ronfleuse pour le partager... ) et encore une matinée à attendre (là aussi j'ai apprécié de bouquiner en déjeunant puis dans le jardin !) après un réveil musculaire en trottinant, l'heure du repas arrive vite et c'est installées à l'ombre au bord du bassin - temps estival caniculaire ! - que nous attendons l'heure de nous mettre en action.

Nous retrouvons nos supporters et certains n'hésitent pas à nous faire monter la pression ! Quelques belles montées de stress avec yeux brillants pour preuve, il y a des choses qui ne changent pas avec le temps ! J'avais d'ailleurs oublié ces sensations de stress, la boule dans l'estomac, la gorge nouée, qui nous assaillent avant une échéance qui peut être belle...

Enfin l'heure de se mettre en route arrive : petit footing d'échauffement, je n'ai pas de jambes...

Petit speech de Serguei, ça monte, petit speech de notre nage, ça déborde ! Zazou ne trouve alors rien de mieux à faire que de nous tomber dans les bras avec Marilyne et pleurer à chaudes larmes !

L'enjeu est il est vrai très affectif : pour la première fois de son histoire, le Chablais Avrion Thonon présente un huit féminin en championnats et de plus, la "boite" - comme la nomme notre président Claude, le papa de Zazou ! (ça rappelle quelque chose à ceux qui connaissent bien mon histoire avironesque ?...) - semble accessible.

Puis tout s'enchaine : embarquement, échauffement, départs et nous voilà sous les ordres du strater.

Le drapeau rouge est baissé et 48 pelles se mettent en action sous les voix engagées de leurs barreurs respectifs.

      sprints24

Le notre, Maxime, aura tenu un rôle de premier ordre ! Je n'ai pas de souvenirs précis de ce qu'il s'est passé pendant ces 3'19 mais je sais avoir écouter et m'être laissée porter et transporter par ce petit barreur à l'immense talent !

Les positions se sont vite décantées voyant Toulouse aux avant postes, suivi de Meyzieu et Thonon engagés alors que les 3 poursuivants, Compiègne, Encouragement et Marseille sont en retrait.

Nous franchissons la ligne d'arrivée en 3ème position, 5"77 derrière Toulouse vainqueur et 2"77 derrière Meyzieu deuxième. Il nous faudra quelques 3 ou 4 coups après le bip final pour réaliser que c'est fini et que nous avons la médaille de bronze en poche !!!

SS850044 

 

Un podium gai et généreux

L'explosion de joie est inévitable car en plus d'être récompensées nous offrons aujourd'hui un somptueux cadeau d'anniversaire (date de la parution au JO de l'association) au team Brut de Fleurs puisque toutes les fleurs rameuses se retrouvent sur le podium !

Autre cerise sur le gâteau : partager un podium avec une des meilleurs rameuses françaises de l'histoire de l'aviron, à savoir Sophie Balmary ! Si un jour on m'avait dit ça...

SS850053

Ce podium respire la satisfaction de 3 équipages d'être aller au bout mais aussi un partage de valeurs sportives, celles qui me font apprécier d'être là et d'avoir fait ce choix, celles intrinsèques aux Brut de Fleurs et transmises à nos nouvelles coéquipières de club.

sprints3

Le traditionnel jeté de barreur.

Et puis nos plus fervents supporters, nos porte-bonheur étaient présents (ils se reconnaitront les daddys et la vigie !).

 SS850069

 

Un joli bonus sportif

Pour un break trailistique et le besoin d'un objectif sportif collectif, je suis plus que comblée !

Pourtant persiste un sentiment étrange, après toutes ces années d'acharnement à l'entraînement spécifique aviron, être sur un podium sans avoir passer un hiver à avaler des kilomètres en bateaux courts et à soulever des tonnes de fonte me laisse perplexe. Mais après tout, plus de 20 ans à l'avoir fait, je peux avoir capitaliser non ? Et puis j'ai la caisse quand même !... Et même malgré mon âge ! Car cela semble en épater plus d'un mais finalement en vieillissant on est plus endurant et résistant alors pourquoi cela devrait-il être une exception en aviron ?

 

Et en parlant d'âge on en revient au constat qui fait l'objet de mon titre, car c'est en septembre 1991 que je décrochais la première médaille de ma petite vie de rameuse ! C'était en quatre de couple femmes, coupe Delcourt à Tours. J'étais senior première année, déjà 3 ans plus âgée qu'Anais, notre petite juju...

 

Et oui, 20 ans déjà...

 1991.jpg

      Cécile Bécarie - Agnès Mas - Christine Coudurier, la couhette ! , Mamanpat

      Championnats de France - Tours 1991

 

Publié dans Les compétitions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

j-paul 03/07/2011 14:38



BRAVO