SaintéLyon 2011 : une course à 4 Pat...

Publié le par Mamanpat

 

Et une 4ème SaintéLyon dans la poche de MamanPat !

Je prenais le départ de ma 5ème participation ce samedi 3 décembre peu avant minuit...
Une édition toute particulière à plusieurs points de vue :
- 2007 première participation et finisher, 2008 et 2009 couronnées du diplôme Sainté de Bronze (7h48 et 7h59) mais 2010 brutalement stoppée par une chute sur coccyx sur verglas dans le Bois d'Arfeuille et rapatriement aux urgences... Une revanche à prendre donc sur 2010 !
- Une tentative de chrono pour aller chercher la Sainté d'Argent (moins de 7h30).

Pour cela :
- Un plan d'entraînement sur 8 semaines réalisé avec beaucoup de plaisir, de bonnes sensations, de bons chronos aussi !
- Un suivi nutritionnel, peut-être un peu tardif car attaque de la diète protéinée en début de gros bloc long. Mais efficace et sans aucune conséquence néfaste, que du gras en moins ! (moins 3,5 kg de poids de corps en 1 mois c'est appréciable !)
- Une assistance minutée tout au long du parcours avec lièvre/sherpa (je n'ai porté que mon poids de corps, mes vêtements, ma montre Garmin et mes frontales seulement quand besoin !) en la personne de Patrice (déjà les prénoms, ça colle !).
- L'obtention grâce à la super équipe d'Extra Sports d'un dossard "élite" (et pour Pat mon accompagnateur) (encore merci Michel (Sorine)) qui me permet d'être placée sur la ligne même du départ avec la crème de cette édition.
 IMAG0391
"Ah mais faut aller vers le panneau jaune là-bas ma p'tite dame, vous êtes en élite vous !"

Premier petit moment de gloire, je serai sur les photos du départ !!! Eh eh ! Je sors mon sourire ultra bright pour l'occasion !

Préparatifs

Je m'y mets presque tardivement, en oubliant de péparer mes pétons 3 semaines à l'avance.Faut dire que j'ai un peu la tête dans le guidon au boulot... L'avantage c'est que je suis sereine et que les petites montées d'adrénaline ne viendront que peu de jours avant le J.
La recherche d'une remplaçante pour Mary, blessée, pour le relais à 4 Brut de Fleurs, me permet de faire connaissance avec trotinette, kikoureuse timide par l'intermédiaire de son cher et tendre marat 3h00 ? du même forum. L'enchaînement est surprenant et presque naturel et ni une ni deux, voilà donc marat (Patrice) qui se propose de m'aider à m'amener sur la ligne en 7h30 !
Les échanges mailistiques qui suivent me laissent sans voix (normal pour des mails !), tant la précision de l'assistance de Pat relève du domaine scientifique !
Je suis du coup plus que sereine, une confiance aveugle m'envahit...
IMAG0395
Pat en train de remplir mes bouteilles numérotées, le tout dans des sachets eux aussi numérotés prévus pour chaque point d'assistance assuré par son papa tout au long du parcours ! Science fiction pour Mamanpat !
 

 

Tous au charbon chaudron !

Il est temps d'aller se placer sur la ligne de départ, en trottinant puisque qu'un bon kilomètre nous sépare cette année du top départ aux portes du célèbre stade Geoffroy Guichard. Les amateurs de foot apprécieront la symbolique (GG-Gerland) !
Il bruine et j'ai droit pour me protéger au "sac" fétiche de Pat : celui du marathon de Paris !
Reste à emprunter le couloir réservé aux élites et prendre place derrière la rubalise !
Ambiance de folie, musique à fond, un speaker qui se déchaîne et pan, c'est parti !

La partie bitumée jusqu'à Sorbiers est gérée version Fomule 1, non pas pour la vitesse mais pour l'optimisation du tracé du parcours ! Mon binôme me donne des indications d'une précision à faire pâlir tous les GPS ! J'écoute à la lettre les consignes sauf que...
Y'a une caméra qui nous suit, je lui tire la langue et hop voilà que je me fais interviewer dans la montée de Sorbiers. "Mais pourquoi vous faites ça ? (ndlr : tirer la langue.) "Ben bla bla bla...".
Bon Saint Pat n'est pas très content, je suis essoufflée du coup... Ben oui mais bon, je suis prête à tout pour un moment de gloire, je le disais déjà quelques lignes plus haut !!!

Mais bon, tous les voyants sont au vert et l'allure est bonne. Au timing fixé nous entamons les premiers chemins sous la pluie, qui cessera rapidement pour laisser place à ses conséquences : la boue !
Nous n'avons pas forcément droit aux piscines de l'édition 2008 mais c'est bien glissant et gluant !
Nous perdons donc quelques minutes au premier pointage à Saint Christo mais rien d'alarmant puisque nous avons des repères pour un temps en 7h20.
Pour tenter de ne pas être coincés dans le ptit bouchon à la sortie, Pat passe sur les côtés en m'attrapant pour que je m'agrippe (j'ai chaussé les Asics 2160 pinky flash !) et c'est lui qui trébuche, m'embarquant dans cette petite boue ! Voilà qui je pique un fou-rire, lui demandant de ne pas me la refaire celle-là ! Le concurrent derrière nous est désolé, il pensait avoir à me consoler !

Les descentes qui suivent sont toutes crispantes de peur d'une nouvelle chute (pas à cause de celle du ravito ! Plutôt en souvenir de 2010...), les parties plates sont piégeuses et les champs pour éviter la glaise sont meubles et plombent bien les jambes ! (Ca je m'en rendrais compte plus tard...).

 
Un coup de turbo bambou !

A Sainte Catherine nous enregistrons 15 mn de retard, no stress.
Le ravito est lui aussi traversé au pas de course, accrochée derrière Pat. Désolée pour ceux que nous avons bousculés au passage... 
A la sortie nous attaquons la montée qui va nous mener au Bois d'Arfeuille et le coup de mou me surprend par ici.

La descente du Bois passe assez bien mais est réalisée prudemment et donc... trop lentement.
J'accuse le coup à la sortie du bois, j'ai mal de partout du haut de la nuque aux bas des jambes et suis limite nauséeuse. J'indique mon état au coach et profite de l'assistance du papa avant le ravito de Saint Genoux pour m'étirer (Morgane du relais à 4 a du me doubler à ce moment, dommage de s'être loupées !) et dire à Pat de me donner un Doliprane.

J'avale ça une fois qu'il me rattrape après le ravito de Saint Genoux et en échangeant quelques mots avec une relayeuse et vlan...
La voilà ma gamelle de l'édition 2011 ! Un caillou, un "I believe I can fly" et un plat sur le ventre dans la boue.
Zut y'a plein d'autres cailloux, mon genou droit en rencontre un : caillou 1 - genou 0. 
Simple écorchure mais sûr le coup avec le collant déchiré j'ai un doute ! Et en me relevant le mal aux côtes me fait flipper quelques secondes ! Allez, plus de peur que de mal, mon Saint Bernard me sort une lingette pour décrasser tout ça. L'avantage de cette vautre : me voilà sortie de ma torpeur musculaire, comme un électrochoc !

La magie de la SaintéLyon...
 
Direction Soucieu donc, où le retard enregistré (passage à 5h21) nous fait mettre une croix sur l'objectif de 7h30. Moins de 8h encore jouable...
Cliquer pour fermer 
 
 
Coup de tonnerre !

Mais la suite n'est pas si simple : les maux de ventre redoutés eux aussi font leur apparition, pourtant l'alimentation avait été programmée pour les éviter... Intestins en vrac, points de côté qui m'empêche d'envoyer comme je le souhaiterai en descente notamment (pourtant je voulais pas qu'elle me double cette féminine ! Crotte tiens !).
Wahou, la grande forme !
Et la boue n'arrête pas son oeuvre tout comme les quelques montées encore à franchir.
Pfiou, si à Soucieu le dicton de mon Saint accompagnateur me disait que je n'avais pas à implorer les Dieux, à Chaponost je lui ai demandé si j'en avais maintenant le droit pour commencer mon chemin de croix...

Tout le monde l'aura donc compris, la partie devient serrée et se joue à 2 : la tête de Mamanapat contre le corps de Mamanapat.
La première à un sérieux avantage tout de même, elle ne veut pas lâcher l'affaire et elle a un soutien indéflectible de la part de son duo qui plane comme une auréole au dessus de la tête de son saint. Je ne sortirai même pas le mp3 pour me mettre dans ma bulle en mode déconnexion de cerveau.
Je reste lucide et les échanges et discussions sont un bon moyens d'oublier certains sensations et informations que tente d'envoyer le corps !
 
Vade retro Satanas !

Beaunant arrive enfin avec la dernière difficulté montante, celle des aqueducs. Avec ce dernier point d'assistance Papapat (6 au total), je suis débarrassée de mes frontales et j'ai droit à un cadeau du ciel (presque comme la pub TV !) : un ferrero roche d'or !
J'aurai du l'avoir si nous franchissions la ligne en moins de 7h30, Patrice me l'offre ici en me disant que nous en sommes en moins de 7h (il est 6h59 !) et que je l'ai somme toute bien mérité !
Sur le coup je me dit que ce n'est pas une bonne idée, que ça ne va pas passer puis me laisse tenter.
PUT... QUE C'EST BON ! J'en aurais pleuré !
Voilà qui me donne un coup de fouet, alors que je n'arrive plus rien à avaler, et Pat a du coup du mal à me récupérer dans la descente qui suit où malgré mon point de côté j'avance à bon rythme !
Puis arrivent les 5 derniers et interminables kilomètres effectués en partie sur la pointe de la confluence... Je n'ai plus assez de mots pour décrire cette longueur et cette horrible impression de ne rien maîtriser et de ne plus réussir à courir !
Enfin on traverse le Rhône, Pat me propose de marcher après les escaliers, un signe de main pour lui signifie que non, zut et re crotte, non j'en ai marre je veux arriver, on ne s'arrête plus !
Cliquer pour fermer
Si si, je vous assure, je suis cuite !

Il fait jour désormais, il y a de plus en plus de monde pour donner les derniers encouragements, les derniers mètres arrivent, la sono se fait entendre, les applaudissements de supporters massés dans les 100 derniers mètres. La gorge se sert, les dents et les poings aussi.
Dernières photos, et un zoom que je reconnais entre mille : celui de Papapat, mais le mien, pile poil de quoi faire monter le sanglot qui était coincé pour le dernier virage.
Redimensionnement de IMG 1720
 

Alleluia !

Le tapis bleu, l'arche et c'est main dans la main que le duo de Pat franchi la ligne d'arrivée en 8h17'21".Cliquer pour fermer
  
Je ne peux que tomber dans les bras de mon incroyable binôme et le remercier chaleureusement.
Nous avons passé une nuit fabuleuse (que Solange et chéri ne s'inquiètent pas, c'est resté sportif et je me suis vautrée seule dans la boue ! Sauf à la sortie du ravito de St Christo !...), une expérience nouvelle pour moi et un apprentissage de la gestion de course qui me fera assurément progresser ! (Certes je n'ai rien géré du tout, Patrice a tout fait, même ouvrir les bouchons de mes bouteilles de boisson et me déballer mes pates de fruits !).
 

Mais au fait, il est où mon speaker préféré ??? Ah, il m'interpelle, je vais avoir mon bisou ! Promesse tenue ! Et mon interview aussi, faut pas me mettre un micro devant la bouche, je vous l'ai déjà dit, je suis prête à tout pour un semblant de gloire !!!
P1070492

 

P1070496

 Que ne faut-il pas faire pour un bisou d'Eric Garcia !

 

Me voilà dotée d'un magnifique tee-shirt finisher parme et doré, une pure merveille, et d'un impérissable souvenir sportif ! Le noir pour les hommes n'est pas mal non plus ! Doublement mérité pour Saint Pat ! 

IMAG0396

Il est pas beau ce duo de Pat !


 

 

La course en chiffres

 

J'affiche les 2 sources : celle de mon garmin 305 et le suivi officiel.

Sur les pointages distances, il est évident qu'il vaut mieux se fier à ma montre, les vitesses moyennes parlent d'elles-même ! (notamment entre St Genoux et Soucieu !). Michel aurait affirmé qu'il n'y avait pas de changement mais je crois que nombre de gps disent le contraire et nous sommes plus proches des 70 km que des 68.

J'ai de plus un léger décalage à ma montre car je me suis trompée de bouton pour la mise en route au top départ ! J'ai "laper" eu lieu de lancer le chrono ! Je m'en suis rendue compte au bout d'une bonne grosse minute. Il manque donc quelques mètres et à l'arrivée j'ai stoppé un petit moment après le bip final pour récupérer un peu le temps grillé !

 

Réalisé 2011 - GPS Pat Distance Temps Allure km/h
 
Sainté - St Christo 15,7 01:39:59 9,42
St Christo - Ste Cath 12,2 01:22:53 8,83
Sainté - Ste Cath 27,6 03:02:52 9,06
Ste Cath - St Genoux 8,9 01:18:03 6,84
Sainté - St Genoux 36,2 04:20:55 8,32
St Genoux - Soucieu 9,8 00:59:37 9,86
Sainté - Soucieu 46 05:20:32 8,61
Soucieu - Beaunant 11,8 01:33:36 7,56
Sainté - Beaunant 58,3 06:54:08 8,45
Beaunant - Lyon Gerland 10,8 01:22:28 7,86
Sainté - Gerland 69,1 08:16:36 8,35

 

Le coup de moins bien entre Sainte Cath et Saint Genoux est flagrant, il comprend aussi mon petit plat ventre...Entre St Genoux et Soucieu, ça descend et c'est dommage car malgré un mieux musculaire, c'est là qu'un point m'a empêché de dérouler un peu plus...  

Et pis ben la fin, j'en ai grave bavé hein ! (je suis polie, au micro à l'arrivée j'ai eu le droit de dire le vrai mot qui va bieng !!!)

   

Réalisé officiel 2011 Distance Temps Allure km/h Classement
Général Femmes SF
Sainté - St Christo 16 01:40:48 9,52 1274 35 24
St Christo - Ste Cath 12,2 01:22:51 8,84      
Sainté - Ste Cath 30 03:03:39 9,80 1175 26 20
Ste Cath - St Genoux 8,9 01:17:16 6,91      
Sainté - St Genoux 34 04:20:55 7,82 1160 30 23
St Genoux - Soucieu 11 01:00:27 10,92      
Sainté - Soucieu 45 05:21:22 8,40 1071 31 24
Soucieu - Beaunant 12 01:34:19 7,63      
Sainté - Beaunant 57 06:55:41 8,23 1035 30 23
Beaunant - Lyon  7 01:21:40 5,14      
Sainté - Lyon  64 07:41:49 8,31 1037 33 25
Lyon - Gerland 4 0:35:32 6,75      
Sainté - Gerland 68 08:17:21 8,20 1067 35 26

 

Voyons le bon côté des choses, le top 20, je l'avais à Ste Cath !

  

Les p'tits bonus !

 

Un repas d'avant course au Flore, au calme, en compagnie de célébrissime kikoureurs ! (Corto, Sarajevo, Belet)

 

IMAG0393 

Le bisou d'avant course de 2 champions : Laurent Valette, primé aux trophées du trail pour son blog loloraidoutdoor et Julien Chorier, meilleur traileur de l'année ! 

 

Redimensionnement de IMG 1750

Le relais x 2 Brut de Fleurs composé de Gwen et Alex prend la première place du classement féminin ! Et comme Gwen a du rentrer, j'ai assuré l'interim et la représentativité du team sur le podium !

 

 

Sur la ligne de départ, encouragement de la meilleure traileuse française : Maud Gobert !

 

Le dimanche en début d'après-midi, coup de fil de Gérard (Petit), mon pote, mon doc, le toujorus détenteur du record de la SaintéLyon dans le sens Lyon-Saint Etienne, qui me félicite en direct pour ma "superbe performance" ! 

 

  

Les p'tits malus

IMAG0402

La tête de zombie du dimanche après-midi...

IMAG0398

La misère pédi-boueuse d'après course...

IMAG0405

Les ongles perdus et incrustés de boue...

 

 

Guettez bien la ligne de départ, y'a un 53 pinky flashy qui s'est inscurté parmi les cadors !
Et encore merci Saint Pat...

Publié dans Les compétitions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sylvie alibeu 08/01/2012 15:07


bah dis donc, je suis très admirative    c'est top ce que tu fais