Cétose, késako ?

Publié le par Mamanpat

J'en avais déjà parlé en décembre mais simplement sur le fait que je suivais un régime permettant d'obtenir cet état : le régime céturonique.

En octobre, alors que mon podologue me refaisais mes semelles et que mon ami de médecin traitant Gérard trainait dans les parages, une pince amicale à la taille me signale que " quand même, avec ça en moins tu pourrais galoper comme une gazelle... Et j'ai une solutionpour toi, on en parle après"...

Ni une ni deux, me voilà chez mon désormais nutritionniste attitré, l'enthousiaste Yacine, pour la mise en place de ce régime qui m'aidera à me delester de ces quelques kilos en trop (dont 3 que je me traîne depuis ma compensation alimentaire pour cause d'abandon à une certain SaintéLyon...).

A l'origine dédié aux épileptiques puis aux obèses, ce régime peut être adapté pour une petite perte de poids, idéal donc pour les sportifs dans un cadre suivi médicalement.

Le résultat ne se fait pas attendre et le suivi est d'une exceptionnelle qualité (avant tous les détails sont épluchés et ma situation décortiquée dans ces moindres grammes, habitudes alimentaires et historique, pendant appels et suivi possible 24/24, et stabilisation aux petits oignons) !

Près de 5 kilos envolés, 1 repris en stabilisation. Mais je suis gourmande, et pas seulement dans le sens premier du terme (pour dire à quel point ça n'a pas été un régime privatif !) : l'objectif de 50 kg n'est pas atteint, même si d'un point de vue professionnel, l'idée est plutôt d'être à 20 % de masse grasse maxi (un peu moins de 23 stabilisés).

Alors je m'y recolle depuis une semaine avec un objectif simple : être à un poids de corps optimisé pour le Grand Trail du Saint Jacuqes le 22 septembre prochain !

Ah oui, un petit détail qui a son importance : mon doc, mon coach et mon nutritionniste sont de mèche... Et bien décidés à me faire porgresser grâce à leurs compétences respectives réunies !

 

Petit aperçu technique du principe :

Qu’est ce que la Cétose ?

La cétose est un état physiologique naturel induit par les régimes à faible teneur en glucides, appelés également « hydrates de carbone ».
Cet état physiologique est caractérisé par la production naturelle par le foie de corps cétoniques et leur utilisation comme source d’énergie principale, à la place du glucose.

 

Quel est le mécanisme d’action ?

La cétose est provoquée soit par un jeûne, soit par une diète ciblée : absence ou faible apport alimentaire en glucides (source de glucose).
En réduisant les apports alimentaires en glucides, l’organisme en réaction produit naturellement des corps cétoniques.
Ces substances chimiques synthétisées à partir d’acides gras sont puisées dans la masse graisseuse et utilisées comme source d’énergie par les principaux organes. C’est le phénomène de cétose.

Ainsi lors d’un jeûne prolongé, l’association absence de glucides + déstockage des graisses = perte de poids.

Une diète qui apporte très peu de glucides et peu de lipides va placer l’organisme dans des conditions métaboliques proches du jeûne et conduire à un déstockage des graisses du corps.

 *Les corps cétoniques, ce sont 3 substances chimiques : l’acétone, l’acétoacétate et le b-hydroxybutyrate, produites naturellement par le corps lors du catabolisme des acides gras (phase du métabolisme comprenant la dégradation des composés organiques pour fournir de l’énergie)


ETAPE 1 : LA GLYCOLYSE HÉPATIQUE

Lorsque les apports en glucides sont inférieurs aux besoins, l’organisme va puiser dans le foie l’énergie dont il a besoin sous forme de glucose. Le glucose est libéré dans la circulation sanguine pour être ainsi distribué à toutes les cellules du corps

 

ETAPE 2 : LA NÉOGLUGÉNÈSE HÉPATIQUE

Les réserves en glycogène s’épuisant rapidement, l’organisme doit trouver une nouvelle source de glucose. Pour cela, il utilise des substrats endogènes fabriqués par le corps (acides aminés, glycérol, lactate) qui sont transformés en glucose au niveau du foie. C’est ce que l’on appelle la néoglucogenèse hépatique. Dans un premier temps de la diète, ce sont surtout les acides aminés issus de la masse musculaire qui seront les plus sollicités. Le glycérol issu de la dégradation de la masse grasse ainsi que le lactate produit par les cellules, participent également à la production de glucose. Le glucose libéré va ainsi fournir l’énergie indispensable aux différentes cellules du corps.

 

ETAPE 3 : LA NÉOGLUCOGÉNÈSE RÉNALE

Ce processus de production du glucose se produit également au niveau des reins. C’est ce qu’on appelle la néoglucogenèse rénale. Le substrat endogène produit par le corps le plus utilisé au cours de ce processus est le lactate. Le glycérol provenant de la diminution des réserves adipeuses ainsi que les acides aminés sont eux aussi utilisés, mais de façon moins importante par les reins.

 

ETAPE 4 : LA MISE EN PLACE DE LA CÉTOSE

La néoglucogenèse permet de répondre rapidement à un besoin en glucides, mais elle consomme beaucoup de protéines qui sont des molécules fonctionnelles et ne doivent pas servir de réserve. Progressivement, pour pallier le manque d’apport en glucides alimentaires, à l’exception de quelques tissus qui n’utilisent que le glucose, l’organisme s’adapte en utilisant une nouvelle source de carburants : les corps cétoniques. Cette adaptation devient effective à partir de 48-72 heures. La cétose a lieu dans le foie. Elle correspond à la production de corps cétoniques issus de la dégradation des lipides stockés dans la masse grasse. La cétose est le reflet de la mobilisation des réserves adipeuses. Les corps cétoniques libérés dans la circulation sanguine vont servir de carburants aux cellules de l’organisme qui sont capables de les dégrader.

 

ETAPE 5 : LES CORPS CÉTONIQUES

Les corps cétoniques produits par le foie agissent sur le cerveau : coupe-faim physiologique naturel, stimulant et effet anti-fatigue.

CETOSE.JPG 

 

ETAPE 6 : LA RÉDUCTION PONDÉRALE

Jour après jour les réserves graisseuses diminuent, car l’alimentation, réduite en lipides, ne permet pas de compenser leur utilisation. Le capital musculaire qui est également sollicité pour fournir de l’énergie est alors préservé par une alimentation enrichie en protéines. La perte de poids qui s’opère des 48 à 72h après le déclenchement de la cétose ne se fait qu’au détriment de la masse grasse.

 

ETAPE 7 : LE RÉSULTAT

Au bout de 7 jours, la masse graisseuse est visiblement réduite, le capital musculaire préservé et les paramètres anthropomorphiques améliorés (périmètre abdominal, tour de taille, tour des cuisses).

 

Précautions particulières / avertissement

Mettre son organisme en état de cétose doit être encadré par un protocole médical permettant d’atteindre les quantités de glucides, lipides et protéines adéquates tout en garantissant un apport satisfaisant en minéraux et vitamines.

Source : www.cetose.fr

Publié dans mamanpat

Commenter cet article

Mamanpat 30/04/2012 19:51


Year !


Manque plus que la date ! Ca va couiner chez les cuissots !!!

Arthurbaldur 30/04/2012 17:21


J'ai attaqué le site, tu as vu ?
www.ultraboucledelasarra.com

Mamanpat 30/04/2012 16:54


Le St Jacques et l'Ultra Boucle !!!

Arthurbaldur 30/04/2012 13:58


Je suis également preneur pour le fromage et le bon pain grillé ... Au fait, tu es bien au taquet, tu ne prépares pas déjà le St-Jacques tout de même ?

Mamanpat 30/04/2012 13:45


Leffe Ruby, dragibus, fromage et bon pain bien grillé...


Faut pas que je me fasse du mal comme ça devant ma salade de chou et après ma séance de frac !