Trail des Cabornis 2009

Publié le par Mamanpat

Ou comment mettre le feu avec des pierres dorées et caborniser les concurrents !

Je le savais...
Qui ne le savait pas d'ailleurs ? C'était suffisamment écrit, décrit et décrié, les parcours des Cabornis, ça vous pête les jambes dès les premiers kilomètres et qui s'y frotte se brûle les cuisses...
Car Arnaud le traceur officiel est machiavélique et prend un malin plaisir à faire souffrir ces milliers de cuisses le temps d'une matinée, longue matinée même pour certains et certaines...



Récit d'une grande brûlée rescapée...

Après une édition 2008 - le 2ème trail de ma reconversion - placée sous l'émotion et un hommage gravé à jamais, je m'étais dit que jamais je ne m'alignerai à nouveau sur ce genre de parcours sans préparation.
Les 35 km de l'an passé avaient été très éprouvants et se pointer la fleur entre les dents avait été un apprentissage sacrément formateur !

Mais comme tous les premiers amours, difficile de ne pas y revenir... D'où la sage décision de partir sur le "petit" parcours cette année... Enfin, sage, que je croyais !


Dimanche 15 mars - 6h10
Le réveil sonne, dur dur mais toujours plus facile quand c'est par choix !
Un copieux petit dej et hop en voiture Simone, direction Rochetaillée sur Saône, lieu de départ cette année. Car n'oublions pas l'autre originalité de ce trail : tous les ans le tracé et le lieu de départ sont modifiés.

7h45
C'est déjà l'effervescence dans la commune de bord de Saône, toute l'équipe organisatrice et les bénévoles sont sur le pied de guerre. Le soleil semble vouloir être de la partie, du coup les inscriptions de dernière minute vont bon train, son l'oeil inquiet d'une certaine Carotte qui se demande si ils ne vont pas devoir refuser du monde !

Je retrouve d'ores et déjà quelques kikous (Gilou, Sanggi, Gibus, Patcap, Blanche, Tamalou, Tounik) et fais office d'hôtesse pour quelques présentations officielles ! (En pleine forme Mamanpat !)

Un dossard numéro 100 et une paire de chaussettes Husky taille 35 fillette récupérés (ALELUIA !), je file parfaire ma tenue de combat en compagnie de Jean-Paul (Bolle) qui m'a proposé d'être mon lièvre - de luxe ! - du jour, étant en reprise après blessure au genou.


8h40
Nous nous dirigeons en petites foulées sur le lieu du départ, situé à Couzon de l'autre côté de la Saône, accompagnés par JC (Bette). Me voilà bien entourée moi ! J'peux m'la pêter quand même ! Et puis ne porte-je pas à merveille le numéro 100 ?

En attendant le départ, tout n'est que bavardage, rigolade, déconnade, rire, cri aussi (la messagerie de Bertrand s'en souvient encore...). Bref, ambiance bon enfant entre kikous (Gibus, Tounik, Sanggi, Jess06, caral...) et autres participants à chapeau et chemise à fleur...



9h09 - Les sangliers sont lâchés, je répète : les sangliers sont lâchés...

Je me rends compte à quel point les coureurs sont fous depuis que j'ai décidé qu'il valait mieux partir sur les 1ères lignes ! Même en sprint je ne serais pas capable de suivre ces furies !
Je me colle à un bon rythme malgré de 1ers petits casse-pattes (ridicules quand on sait ce qui va suivre !) mais cassants quand on n'est pas échauffée... Ben vi, ça bavasse, ça bavasse mais ça chauffe pas les jambes tout ça !
Cette petite allure entre 10 et 12 km/h me convient bien malgré tout.

Après quelques tout petits tours sur goudron censés étirer le peloton, nous arrivons rapidement dans le vif du sujet.

Un petit chemin ou seule Mamanpat continue à trottiner sous les conseils avisés de son maître, au taquet. "Allez, sur la pointe des pieds, on va tous les remonter par l'arrière...". Hu hu hu...  Vais me pêter les jambons oui !
Bien obligés de marcher de toute façon, ça passe plus !
Et non seulement pour ce tout petit raidillon étroit en descente qui nous conduit direct sur THE bouchon... D'un autre côté, qui dit course à Lyon, sans bouchon... Faut dire que c'est raide, hyper pentu, abrupt, escarpé... Ca grimpe sec quoi ! Et c'est très étroit !
Je lis à ce moment une surprise incroyable dans les yeux de JP : "ah donc en milieu de peloton ça marche et ça bouchonne..." C'est qu'il n'a pas l'habitude le JP gazelle !
Alors il me fait faire la mauvaise élève, le truc qui énerve un peu tout le monde : on coupe ! Mais attention, pas une petite coupe qui revient sur le goulot d'étranglement ! Une belle grosse coupe à travers buissons et ronces qui fait arriver sur le single où on repart - presque - en courant !

Bon mea culpa, à défaut de réciter 10 "Je vous salue Marie", mon chatiment aura été infligé par les ronces elles-mêmes sur mes tibias...
Allez, c'est pas tout mais une succession incroyable de montées nous attend (parce qu'il faut rétablir la vérité : sur les 5-6 premiers kilomètres il n'y a pas de descentes ! Que les choses soient claires !)

Alors moi, au 2ème bouchon je ne suis pas vexée ! Je peux souffler un peu parce que je me rends bien compte depuis la coupe à travers ronces que mes jambes font un peu la gueule ! Et pas parce que ça picotte là où je suis griffée ! C'est bien mes muscles qui font la grimace...

Bref, j'ai pas les jambes aujourd'hui, enfin surtout, je n'ai rien fait pour les avoir complètement dispo ! Point d'objectif en ce jour ceci dit, juste un trail de préparation !
Je sers les dents, m'agrippe comme tout le monde aux pierres, aux branches à tout ce que je peux, appuie très fort sur mes cuisses avec mes mains dans tous les raidillons mais y'a rien à faire : j'ai mal aux jambes !
Je suis surtout bien embêtée pour JP qui me donne l'impression de s'ennuyer à mourrir... Lui qui pourrait être en train de se disputer une place au classement...
Je lui dit de filer, ce qu'il fera vers le 8ème kilo, non sans m'avoir demandé 1000 fois si j'étais sûre, que ça ne m'embêtais pas ! Sacré JP, merci beaucoup, mais file ! Fais toi plaisir ! (Je ne saurais que le lendemain que le genou n'a pas apprécié la reprise... Pas cool).


J'en bave un peu jusqu'au ravito du 12ème kilo. Le parcours est de toute beauté, d'une technicité attendue et des passages dignes de rando-esclado-cross ou les mains sont souvent très utiles !
On trouvera même un immense escalier de pierres se dressant fièrement devant nous !
Une descente bienfaitrice nous amène sur Curis puis c'est dans une belle montée goudronnée nous amenant à Poleymieux (si mes souvenirs des reco 2008 sont bons !) que j'entends crier mon nom...

"Quoi, des fans ?" " Oui, c'est moi !"
Mes amis Blob et Gibus, à ma grande surprise, sont là derrière moi ! Et que je suis contente de les retrouver !
Nous voilà papotant et parcourant ensemble les quelques encablures qui nous amènent à la porte de séparation matérialisée par le 1er ravito du 35 et l'unique du 23.
Une bonne bande de kikou se retrouve là : Gibus, Patcap, Blanche qui vont poursuivre sur le 35 et Blob et moi-même sur le 23. Mais tous dans les temps car nous y sommes en 1h50 pour 2h limite rallongées à 2h15 !
Pour une des toutes premières fois je profite du copieux ravito, tenue de main de maître par de jeunes bénévoles en rouge et blanc.

Et les gars, c'est sympa mais on n'est pas d'ici quand même !
Je tente bien de pervertir Blob en l'entrainant vers le 35 mais y veut pas...
... sous l'oeil moqueur et accusateur de Carotte qui nous trouve bien en forme pour ne faire que le "petit" !
Et merci Yan pour ce cliché qui me trahit, pris sur le vif !

2h de course
Cette pause aura été salvatrice et je repars donc avec Bertrand, du moins je tente de le suivre car il a une bonne allure ! Mais chut, faut pas le dire, il a prévu de la Leffe à l'arrivée, alors je vais pas le lâcher comme ça !

Même si mes jambes restent douloureuses sur toutes les montées, le plus dur étant fait, cette 2ème partie de course est beaucoup plus appréciable à mon goût, avec notamment de belles descentes !
Décidement, cet exercice me plait de plus en plus, j'y suis de plus en plus à l'aise et je le vois à ma vitesse sur mes concurrents ! Je me surprends même à être gênée par les coureurs facilement devant moi sur les autres portions !


Quelques jolies surprises nous attendent encore de ci de là sur cette fin de parcours, entre passage à travers montagne ("pourquoi toujours par dessus et pas dessous ?" comme le dira ce sympathique bénévole !) et sous caborne...

Une petite grimpette au Mont Thou par le perrier, d'en bas duquel j'aperçois Arnaud et Mike, narquois...

Je crie haut et fort que c'est à Arnaud qu'il faut s'en prendre si on a mal aux jambes et à Mike que je n'ai pas eu mes dragibus... Erreur rectifiée en m'agrippant le bras pour m'aider à me hisser sur le haut du perrier, un bisou, une tape sur les fesses et "hop, file Mamanpat !". (Non en fait y'a pas eu la tape sur les fesses mon chéri !).


Départ plus.... beaucoup de temps

Les dernières difficultés se comptent sur les doigts d'une main et je m'éclate dans les descentes (sauf que aie ouille, poupoule sur le côté du talon droit, c'est quoi ça ??? Mal serré ma wings moi !).
Et puis on aperçoit le pont de Fontaines. Mes derniers compagnons d'infortune semblent sujets aux crampes, à l'image de Caral que je double boitillant. Courage ! Il me reprendra plus loin puis moi à nouveau avant l'arrivée...

Ah l'arrivée ! C'est qu'elle se fait désirée ! Quelle portion interminable que cette ligne droite en bord de Saône et de route entre Fontaines et Rochetaillée !
Je me cale sur un petit 10 km/h de moyenne, les jambes répondent encore correctement mais ont hâte d'en finir !
Demi-tour, passage sous un pont et accueil triomphal par le speaker sous l'arche d'arrivée ! Quelle ambiance !


After hour
Elle est pour qui la bonne bière bien fraîche ???

Bon je me change, j'avale une excellente soupe et taille la bavette avec l'équipe Zoom-zoom au quasi grand complet et aux résultats encore glorieux en ce jour puis je rejoins les kikou pour un AAB improvisé grâce au Blob et sa Leffe promise (et sa chérie qui aura acheminé les bouteilles et la rosette !) ainsi qu'à Langevine - au panier garni ! - et Tounik et sa bière brassée maison !

Le tout installé sous un doux soleil printannier, à guetter les arrivées des potes !
Elle ne se termine pas en beauté cette journée dominicale !


Le bilan

- Une course exigeante qui n'en fera paraître la suivante que plus facile (au taquet la Transmontagne le 29 mars !) et qui met une bonne dose de dénivelé dans les jambes pour la préparation du Nivolet !

- Une organisation aux petits oignons, à tout point de vue avec mention spéciale pour les chaussettes petite pointure !

- Une sacrée bande de kikou que je retrouve toujours avec un plaisir non dissimulé pour les habitués et de nouvelles connaissances, même en coup de "running" ! (phildeval qui m'a doublé sur le parcours tout comme sebmontagne, caral et quelques pseudos oubliés je m'en excuse...). Là aussi une mention spéciale à supersteph69 qui a fait le tour du département pour faire 60km en guise d'entraînement pour les 24h de Saint Fons, croisé à rebrousse parcours sur la fin de ma ligne droite et qui a "AABer" avec nous avant de repartir ! Quelle santé et quelle bonne humeur !

- Accessoirement : 24,92 km au GPS (ils sont loin les 21 km !) et 1156 m de D+ pour moi (certains en annoncent 1400, toujours le même débat !). Et des pulsations cardiaques montées à 181 à la minute au max pour une moyenne à 160.
Il m'aura fallu 3h51 pour en venir à bout. Et la bonne surprise vient de mon classement : 268ème au scratch / 464 et 22ème féminine / 72.


Et oui je sais mes vieux démons me titillent encore : j'avais je pense la 15ème place à portée de jambes si elles avaient été un peu plus dispo...


Vivement la prochaine ! Des journées comme ça, ça vous booste une bonne femme !


Tous les résultats sur le site du Trail des Cabornis.

Crédit photos : Gibus, Tounik

Publié dans Les compétitions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pat 22/03/2009 09:58

Ravie et anchantée Patricia !Les Cabornis 2008 était également mon 1er trail (diurne si on fait abstraction de la SaintéLyon 2007 !...). Bien 4 jours l'an passé avant d'emprunter "normalement" les escaliers aussi !!! Au plaisir, n'hésites pas à venir à ma rencontre lors d'une prochaine !

patoche 22/03/2009 09:24

patoche pour patricia, c'était un de mes premiers trail (à priori pas le plus facile...) ça y est mes quadriceps ont stoppé leur punition,  je peux de nouveau monter et surtout descendre des escaliers.... trouvé ton blog via le blog de "tine et chris" (je suis une "fan") puis "photogone" et.... mamanpat (je l'ajoute dans mes favoris)à bientôt et peut être sur une course

Fanny 21/03/2009 19:26

Hello ! je crée actuellement ma propre marque de fringues pour ... femmes enceintes ! Une marque qui sonnera sous le doux joli de Sunday Rose, c'est pourquoi aujourd'hui je te te sollicite pour un sondage dans le but de mieux connaître tes habitudes vestimentaires pendant ta période de grossesse. Ce sondage ne prend pas plus d'une dizaine de minutes. Toutes les informations fournies ne seront utilisées que dans le cadre de la société Sunday Rose et de ses partenaires. Elles resteront confidentielles. Merci d'avance de prendre le temps de répondre en cliquant sur le lien suivant : http://www.sondageonline.com/live.php?code=7155369717299 Mille mercis et à bientôt ! Fanny b.fanny@gmail.com

Pat 20/03/2009 14:56

@ Angel : merci Angel, je ne pense pas être aussi talentueuse que tu le supposes mais ce qu'il y a de sûr, c'est que je m'éclate ! Alors l'essentiel est acquis !A bientôt, sur un bassin ou au départ d'un trail ?...

Pat 20/03/2009 14:54

@ Patoche : merci ! j'espere que les brulure s'estompent et que tu n'as pas eu recours à la biafine !!!Hormis un prénom sublime  (Patrice, Patrick, Patricia...) qui se cache derrière ce surnom ?