SaintéLyon 2015 : la STL à plusieurs, c'est encore mieux !

Publié le par Mamanpat

9ème participation à ma course de cœur.

 

J'avais besoin depuis l'édition 2011 (couru à 2 enfin à 4 pattes !) déjà de couper avec ce solo qui me faisait retomber dans la recherche de performance.

En 2012 on devait s'y coller en relai 2 avec chéri et voilà qu'il se pète le genou, l'édition la plus compliquée que je n'ai jamais courue (oui bon ok, y'a eu 2010 aussi). J'avais dit "plus jamais" à l'arrivée...

Puis il y a eu La 180 en 2013, rien de moins que l'aller / retour... Pour quelqu'un qui ne voulait plus ! Mais bon en trail on n'en est pas à un paradoxe près ! Surtout que côté conditions au sol, on a été gâté cette année là !

Bref, boucler La 180, ou comment tout faire basculer, changer le paradigme de l'ultra et surtout découvrir une nouvelle version du partage sur une aventure tout autant sportive qu'humaine.

Oui la STL à plusieurs c'est vraiment beaucoup mieux !

2014 en solo alors me direz vous ? C'était plus que jamais celle du partage, plus intérieur celui là, appréhender l'effort différemment et savourer, apprécier la chance, le bonheur de pouvoir courir, d'avoir mal aux jambes par choix...

Et après ?...

Et après ?...

Mais cette année le break s'impose ! De plus l'extra sportif m'a fait un peu naviguer dans le flou et je ne savais pas trop si je pourrais me lancer dans une lourde prépa.

Alors pourquoi ne pas retenter de former un relai ? Féminin bien sûr et à 2 car j'ai une terrible envie de faire ces 44 km de Saint Catherine à Lyon sans la fatigue des 28 premiers km.

Je pense à ma Brut de Fleurs Alex mais elle est partie vivre une belle aventure en Amérique du sud. Puis à Martine à qui je dois beaucoup dans le plaisir pris à gambader sur nos chemins mais qui décline, préférant justement les chemins !.

Bref, il me faut trouver une coéquipière punchy, sympa, qui court pour le plaisir, serait dans l'esprit Brut de Fleurs et prête à envoyer tout de même du lourd en pleine nuit... Et c'est là aussi le partage qui viendra m'apporter la réponse, j'en touche 2 mots au réseau proche et c'est le coach, Pat, celui qui m'avait accompagnée toute la nuit de la STL 2011 qui me propose un binôme avec Cécile, avec qui il pense que ça devrait coller. Mais il ne se doutait sûrement pas à quel point nous allions être en phase !...

Je fais par contre la concession du 2ème relai, Cécile souhaitant passer par chez elle (c'est qu'elle habite sur le parcours même à Soucieu) et compte tenu du niveau de la miss, notre relai ira forcément plus vite si elle prend le plus gros morceau !

Bien m'en prendra d'ailleurs côté physique puisque mon aponévrosite suite au marathon de Lyon m'empêchera de me préparer à cette échéance running aux pieds.

Samedi 5 décembre - 14h30

Bon faut que j'arrête de tourner en rond, j'y vais !

La logistique pour se rendre au départ est bien calée mais elle est digne d'un parcours du combattant !

1ère étape : Halle Tony Garnier

Y arriver en venant de l'est de Lyon si possible en passant devant le stade de Gerland n'était pas des plus rapides. Quel monde !

Forcément le match est à 17h et c'est le dernier de l'OL en ces lieux. Lentement mais sûrement j'arrive à bon port et trouve à me garer assez rapidement.

2ème étape : Franchir la sécurité.

Bon ça va j'ai du passer en 5 mn à tout casser !

 

3ème étape : Opération dossards !

Récupérer nos dossards et celui de Mathias, 5 mn top chrono. Et le plaisir d'enfin rencontrer petit padawan made in Jura !

Et une puce en bonus cette année !

Et une puce en bonus cette année !

4ème étape : #secondsouffle

J'avais 3 exemplaires du tome 2 de DBDB Second Souffle à faire dédicacer en essayant de "profiter" un peu de Matthieu (plus épuisé par son défi dédicace que le notre pour le jeu #secondsouffle !).

Quand René Charles encourage le relai 2192 !
Quand René Charles encourage le relai 2192 !

Quand René Charles encourage le relai 2192 !

5ème étape : Blablabla...

Papoter avec les amis et connaissances croisées (merci Catherine et Etienne d'être venus !), se faire apostropher par de GO de courses, chercher mimi (et ne pas le trouver) le tout avant 16h45... Bon ben là je me prends la barrière horaire en pleine tronche et n'arriverais à décoller de la halle qu'à 17h10 pour rejoindre Cécile à Soucieu...

On n'est pas (chou)choux là ?!

On n'est pas (chou)choux là ?!

6ème étape : Soucieu en Jarrest

Voilà, nous allons enfin faire connaissance avec Cécile (nos échanges étaient mailistiques et téléphoniques jusqu'alors) et nous organiser pour notre belle nuit. Nous aurons finalement peu de temps mais heureusement, grâce à une bonne maîtrise d'un débit verbal important (aucun commentaire svp...) nous assurons comme des chefs ! Et puis il faut l'avouer, là en face à face la mayonnaise a sacrément bien fini de monter et la voilà onctueuse à souhait !

Nous débordons d'envie et d'énergie et savons d'ores et déjà que le plaisir cette nuit sera au rendez-vous !

Le panneau d'encouragements pour maman est prêt !

Le panneau d'encouragements pour maman est prêt !

7ème étape : Billet s'il vous plait !

TER à 19h32 à Pierre Bénite direction St Etienne. Je laisse ainsi ma voiture à Soucieu et Cécile et son mari m'amène à la gare sans avoir trop de distance à faire. C'est qu'il faut qu'elle soit en forme la miss et un dodo est programmé de 20h à minuit !

 

8ème étape : Trouver Le Flore...

Ben oui, je n'arrive pas à m'y faire à ce flêchage à la sortie de la gare pour le parc expo. Heureusement 2 compagnons de train veillent sur moi dans cette rue glauque...

Une fois sur place, je pensais passer un moment à bavasser avec mes amis de La 180 mais c'était sans compter sur leur rapidité et le temps historique de leur aller ! Quand j'arrive donc vers 20h30 ils sont tous ou presque à roupiller.

Bon j'arriverais quand même à discuter avec William et faire quelques bisous à Arthur, Thierry, Thomas, Anthony... Je passe un repas plus que tranquille avec Mathias et bobafleur puis fais la connaissance de qq kikous. Il est temps d'enfiler ma tenue de fête et d'aller déposer mon sac avant de m'imprégner de l'ambiance du parc expo, indispensable à la réussite d'une STL !

9ème étape : Faire monter l'adrénaline !

Bon avant ça un contrôle sécurité à passer, un sac à déposer et de nombreux coureurs à enjamber (quelle idée de se poser devant les portes et ne pas s'enfoncer dans le hall !). Je cherche quelques têtes connues, repapote un peu avec arnaudetroyes et il est temps d'aller se placer et s'échauffer.

Mais il est où le passage pour la tête de course ? (ben oui quoi, j'ai bien l'intention de partir devant, c'est qu'on y prend goût aux dossards préférentiels !). Je croise alors Steph Vinot, en stress total qui ne sait pas non plus où se trouve l'accès, comme tous les dossards à 2 chiffres que nous croisons ! La fine équipe....

Bref, m'y voilà enfin, accès autorisé !

 

10ème étape : I'm a star !

J'adOooore être aux avant poste de cette course !

Les élites, dont j'ai le plaisir de connaître un certain nombre, sont à la fois concentrés et d'une décontraction déconcertante ! Je retrouve là chouchou et son coach en - pseudo - imposture, Pat le coach instigateur de mon binôme s'échauffant avec Maria future 9ème, Eric mon speaker adoré, ma jolie Sissi pour un gros hug enjoué tous sourires (tradition oblige !) et avec surprise, joie et bonheur, Seb, l'autre boss d'extra, le binôme pro de mon mimi et avec qui je vais parcourir les 1ers km... Séquence émotion et surdosage d'envie !

Allez, ne devions pas aux bonnes habitudes, un micro vient se pointer son mon nez :

"mais pourquoi cette course, faut être un peu fêlé(e) non ?"

"non juste passionnée et vivante !"

Nuit magique...

11ème étape : Light my way

Ambiance de folie avec Eric au micro, éclairage bleu/blanc/rouge, applaudissements, frontales et une Marseillaise qui nous arrive de l'arrière et vous fiche la chair de poule.... Et c'est parti !

 

12ème étape : Non mais ça va pas non ?

Je pars vite, très vite, hyper méga vite, au sprint quoi ! Et encore je me fais limite bousculer par les furies qui arrivent de derrière !

Je suis restée avec Maria et Patrice, ce dernier m'ayant proposé de m'accrocher à eux pour tenter les 2h45 (mouarf, quelle présomptueuse cette Mamanpat !), rythme de Maria pour viser les 8h.

"Et ça fait partir à quelle allure ça Pat ?"

"12,5 - 12,7 km/h"

" ah ouais...."

Bon je suis au contact mais je perds vite quelques mètres et je jette un coup d'œil à ma montre qui m'indique 13 / 12,7 km.

"Ouais mais là, ça va pas le faire !".

J'ai comme qui dirait un début de goût de sang dans la bouche ! Mais ça va, faut juste que je trouve mon rythme, vite calé un petit cran en dessous, c'est que je suis diesel toujours, en surpoids encore et sans prépa CAP ne pas oublier. (Dommage, Patrice m'informe 6 jours plus tard qu'il n'a pas suivi Maria et qu'il m'a donc attendu... On s'est loupé d'1 ou 2 mn au pointage à St Christo... Ca m'aurait bien boostée pour la suite !)

 

Me voilà maintenant aux côtés de Seb et malgré l'allure de nous faire doubler par cette marée humaine.

Les "Mamanpat ! " "Allez Pat !" "Mais c'est Patricia !" ne cessent de fuser ce qui me surprend encore (je ne connais ou ne reconnais que la moitié des coureurs qui m'ont apostrophée !) et encore plus Seb qui me demande si j'ai un fan club !.

Bref, ça part vite et fort, avec énergie et enthousiasme et je pointe à l'entrée de Sorbiers en 29mn ! Wahou, ça dépote ! Et pourtant je me fais encore sacrément doubler !

Au rond point, j'entends dans mon dos une femme qui souffle très fort, non que dis-je, qui agonise déjà ! Son compagnon lui dit "ça va aller, c'est la première !". La première quoi ? Course ? Montée (y'en a pas encore eu) ? Agonie ? Je me dis qu'elle doit tenter d'envoyer pour son relai à 4 et là je vois un dossard noir solo... Ben dommage que je n'ai pas retenu son numéro, l'a pas du prendre beaucoup de plaisir la dame !

Et c'est grosso merdo comme ça jusqu'aux derniers mètres de bitume : des coureurs en nage, qui soufflent comme des bœufs, des cardios qui bipent dans tous les sens et qui doublent encore en montée...

Euh, les gars, y'a d'la route là encore avant d'arriver, du genre 64km, faudrait peut-être gérer un peu l'effort non ? Je n'en reviens pas : c'est la 1ère fois que je pars aussi vite pourtant, de l'avant qui plus est et j'ai plus l'impression de me retrouver à la fin d'un 10 km route avec des coureurs agonisants ! Effet bonnes conditions annoncées ? Mystère....

Mais le plus surprenant est l'étape suivante...

Bisous bisous !

Bisous bisous !

13ème étape : Dans le vif du sujet

Ah nous y voilà, les chemins ! Après cette dernière petite montée en bitume où je me suis donc faite encore bien déposer, un beau chemin roulant à souhait, tout sec, sans cailloux, légèrement descendants.

Cool ! Mamanpat elle adOooore ce type de terrain et je vais pouvoir dérouler plein pot, les jambes sont là (j'ai quand même tout couru dans Sorbiers, les cuisses se font entendre mais ça va... pour l'instant...) et j'ai bien l'intention de passer ma puce relai au plus vite ! Mais non, je ne peux pas parce que tous ceux qui viennent de me doubler doivent envisager ce chemin comme une recup et prennent un rythme bien moins soutenu... Ben crotte alors !

C'est vrai qu'il y a du monde, comme d'hab mais hormis en conditions dantesques au sol, je n'ai jamais subi de bouchons sur la STL ! Qu'on ne se méprenne pas, le rythme est bon mais un petit cran en dessous de ce que je souhaiterais là maintenant tout de suite !

Je peste un peu intérieurement sur le coup mais sans oublier que j'ai quand même plus de 700m de d+ qui m'attendent et que rien ne sert de s'affoler, alors je reste zen et décide de passer... sur les côtés ! Allez, zou, franco, en souplesse, dans les cailloux et les bords en dévers ! Et bien sûr, je passe au seul endroit où il a y un peu de boue !

Zou, ni une ni deux, les fesses dans la boue ! Mais en encore moins de temps qu'il m'en aura fallu pour glisser, 2 charmantes mains - masculines - me remettent sur le droit chemin ! Merci monsieur jeune homme !

La progression reste somme toute plus que correcte, je sens un peu mon talon sur les portions descendantes sur route où je laisse les jambes s'emballer mais sans trop d'appréhension pour l'instant. Par contre mes cuisses elles commencent à me faire comprendre en montée que je n'ai pas eu la préparation adéquate...

Et oui Pat, fallait pas trop rêver ! Le homme trainer fait certainement conserver le cardio mais les cuissots ne travaillent pas pareil !

Allez, on oublie pas qu'il y a un relai à passer !

Allez, on oublie pas qu'il y a un relai à passer !

14ème étape : St Christo - 1h33'52

5ème R2F à 3mn des 1ères

Au pointage, le chrono est plutôt dans les clous mais j'ai bien conscience au vue de mes sensations que ça va se corser jusqu'à Ste Catherine...

La traversée de St Genoux tout en montée m'indique d'ailleurs clairement qu'il y a un problème d'alimentation en carburant dans mes gros cuissots ! Soit, mais d'habitude je suis plutôt à l'aise pour relancer et là, rien...

Après chaque bosse j'ai besoin d'au moins une dizaine de foulées pour reprendre l'allure !

Il ne me reste plus :

- "que" 12 km,

- qu'à faire du mieux possible en marchant vite en montée et galopant plein pot dans les descentes,

- qu'à me rappeler que quelque soit le chrono, je ne dois pas oublier de profiter de la magie de la SaintéLyon en me retournant pour apprécier ce milliers de lucioles qui scintillent dans la nuit et en levant la tête pour regarder les étoiles briller !

Mais dans la grande montée de Corjanton qui nous amène sur le plateau du Moreau, mes illusions s'envolent vers ces étoiles et aussi vite que le chrono défile. Mes cuisses sont comme asphyxiées, je peine à relancer et une belle descente avec quelques cailloux voie ma douleur sous le pied se réveiller (mais pourquoi ce caillou est venu ce ficher pile poil sous ma voute plantaire ?!).

Du coup, je n'avance pas des masses en montée (pas plus vite que si j'étais sur le solo tout du moins), je me crispe en descente de peur de mal placer mon pied et de me refaire vraiment mal et les relances à plat se font de plus en plus rares...

Bon relativisons, je suis très loin d'être en galère mais Cécile doit s'impatienter ! Non seulement c'est plus que raté pour 2h45 mais même pour les moins de 3h. Bon j'ai le droit d'y aller cool si mal au pied mais je ne vais quand même pas laisser Cécile venir à ma rencontre !

15ème étape : Sainte Catherine - 3h08

5ème R2F à 15mn des 1ères

Dernière descente, après m'être émerveillée devant cette incroyable lune rousse juste au dessus du clocher de Sainte Catherine etj'arrive au pointage et m'enfile au fond du passage des relais comme convenu et repère la belle Brut de Fleur repérable à 100m ! (Sylvain, le mari de Cécile, a enfilé le poncho Brut de Fleurs !).

Passage de relai digne d'un stand de F1, Cécile semble survoltée, je lui enfile la puce à la cheville, elle me réclame un gros bisou d'encouragement et file, que dis-je s'envole littéralement !

Go go go Cécile !

Go go go Cécile !

16ème étape : Soucieu en Jarrest - 5h32

J'enfile mon poncho (Sylvain semble bien aisé de s'en débarrasser !), passe au ravito (sur le conseil de Sylvain) pour un remplissage de bouteille en Pespi Max (ouh le vilain gros mot !) et une poignée de chocolat noir (ma grosse faiblesse du moment...) et direction Soucieu en voiture.

C'est que la course ne fait que commencer et j'attaque l'inconnue maintenant de la version relai !

Nous accédons à la maison de mes hôtes grâce au Pass riverain et découvre là l'abnégation sans limite des bénévoles : certains sont là à gérer les accès sans même voir passer les coureurs !

Big up !

Une bonne douche chaude, du fromage corse et des papillotes en gardant un œil sur le suivi live et les frontales qui défilent devant le jardin et je sors guetter chouchou qui ne devrait pas tarder.

Timing parfait !

Je vois Pascaloup et chouchou qui arrive dans la foulée après à peine 5 mn d'attente à 5h15 et près de 10 mn d'avance sur le temps estimé par le suivi live. Retour au chaud alors que mon hôte (qui me chouchoute !) prépare une soupe maison aux enfants !!!

Cécile a pointé à St Genoux en 4h29 et a repris une place et est annoncée à 5h45 à Soucieu. Moi je la sens survoltée alors je propose qu'on sorte la guetter dans la foulée ! Poncho enfilé et c'est Cécile en personne qui nous repère puisqu'on se fait surprendre par son arrivée ! Une vraie furie ! Y'avait du lion au ravito de St Genou ??!!

Accolade expresse, encouragements sonores et Sylvain l'accompagne quelques mètres en vélo.

Nous voilà ainsi 4ème R2F à 9mn des 1ères !

Allez en voiture Mamanpat, sous les consignes de Sylvain pour ne pas écraser le flot continue de coureurs me voilà à tenter de sortie de Soucieu...

Oups un tour pour rien par contre dont une partie à contre courant de la course... I'm so sorry...

Pas de cohue à mon ravito perso !

Pas de cohue à mon ravito perso !

17ème étape : Chaponost - 6h38

Et ça ne m'arrange pas car j'ai du coup il me reste peu de temps pour rejoindre Chaponost et vu l'énergie de Cécile je ne voudrais pas la rater !

J'arrive dans les temps pile poil au rond point par lesquels les coureurs arrivent en descente avant d'accéder au ravito. Parfait !

Stationnement intempestif sur le trottoir et je prends mon poste pile en face de la descente pour voir arriver Pascaloup qui a perdu du terrain et quelques minutes plus tard voilà ma petite furie fuschia qui arrive tout sourie en me voyant ! Je me mets à son niveau et traverse le ravito en courant avec elle, elle ne veut rien prendre. Je lui parle un peu de mon relai, lui annonce les positions, elle me donne ses impressions (c'est simple, elle s'éclate !) et la voilà reboostée comme au départ !

Nous venons de remonter à la 2ème place à 11mn des 1ères (ces dernières ont pointé 2 mn avant moi à Ste Cath et font également un superbe second relai !).

Je la laisse à l'entrée du parc et retourne en petites foulées à ma voiture, direction Beaunant.

C'est que ça fait courir de suivre son relayeur !

Un peu de jardinage en voiture et me voilà postée au croisement en bas de la montée des aqueducs de Beaunant. J'y croise et encourage Mathias puis de nouveau Pascaloup !

Je vois une féminine et un dossard rouge et me semble reconnaître donc la 1ère du classement R2, je regarde l'heure pour estimer l'écart puis une autre... Crotte ! Je suis perdue !

Cécile arrive quelques 9 mn après la 1ère vue et moins de 3 de la seconde.

Je l'accompagne au pied de la montée en lui indiquant les écarts et la lançant pour aller bouffer les mollets de celle juste devant ! Elle s'éclate toujours autant et attaque la montée en petites foulées !

De mon côté, je réalise que mon pied n'est plus douloureux donc je vais pouvoir courir et finir avec Cécile ! Direction la Halle donc où je trouve à me garer assez facilement, et sans trainer je renfile mon dossard et reprend le parcours à contre sens pour retrouver Cécile.

Y'a d'la joie, bonjour bonjour les demoiselles, y'a dl'a joie !

Y'a d'la joie, bonjour bonjour les demoiselles, y'a dl'a joie !

Me voilà sur la passerelle, le jour se lève, je croise des coureurs sourires aux lèvres ou plus émaciés mais les yeux sont brillants.

Les encouragements fusent de toutes parts, beaucoup se sont levés aux aurores pour suivre leurs coureurs !

Je tente de jeter un œil sur le suivi live tout en trottinant pour voir quelle est l'heure estimée d'arrivée du 2192 mais j'ai à peine le temps de sortir mon tel que je vois arriver face à moi ma pile fuschia !

Je suis à peine au milieu de la passerelle !

Cheese !

Cheese !

"Non mais Cécile, tu me laisse à peine le temps de te rejoindre !"

Son sourire fatigué en dit long sur l'effort fourni et le plaisir qu'elle a pris mais il me semble qu'il grandit encore de me retrouver et c'est dans un encouragement endiablé que je lui emboite la foulée et relance de plus belle.

On arriiiiiive !

On arriiiiiive !

18ème étape : Halle Tony Garnier - 7h45'47

L'arrivée est super sympa, à peine le pont traverser on nous fait entrer directement dans la Halle par le côté avec quelques virages pas aisées à négocier en quasi sprint ! J'ai failli me la jouer Yoann Diniz en me prenant les pieds dans une barrière de sécurité !

Changement radical d'ambiance : la lumière est tamisée, les spots flashy, les encouragment raisonnent et surtout Eric au micro !

Dernier virage, j'attrape la main de Cécile et franchissons cette belle arche multicolore euphoriques !

 

7h45'47"

55èmes / 164 scratch relais à 2

2ème équipe féminine / 13

SaintéLyon 2015 : la STL à plusieurs, c'est encore mieux !
SaintéLyon 2015 : la STL à plusieurs, c'est encore mieux !
SaintéLyon 2015 : la STL à plusieurs, c'est encore mieux !

Nous sommes d'ailleurs tellement sur notre petit nuage que je snobe Eric qui tente de m'intercepter et qui râle au micro "mais elle ne veut pas me faire mon bisou ?!"

Mais si Eric, c'est toujours MA récompense d'être accueillie par tes bras et ta superbe voix à l'arrivée de la STL ! Et comme l'ami me connaît bien, il me tend son micro et je ne pourrais qu'exprimer le plaisir immense que j'ai pris à participer à cette SaintéLyon d'une nouvelle façon, en relais, à plusieurs !

Enivrées et heureuses !

Enivrées et heureuses !

19ème étape : on r'met ça ?...

Les 3 heures qui vont suivre vont être à l'image de cette belle nuit : enjouées, enthousiastes, avec les amis (certains bien fatigués et un chouchou tout doré !), assis à même le sol, autour du repas de l'orga, à attendre l'osthéo, à regarder le podium...

Dommage, seules les 1ères équipes en relais sont récompensées par catégorie, on n'aurait pas bouder ce petit bonus ! 

Alors ni une ni deux, les yeux malicieux nous convenons qu'il faut remettre ça ! Une vraie préparation sur 2 pieds pour Pat et une prépa tout court pour Cécile, c'est le coach qui risque d'avoir du boulot, c'est que pour ces 2 là, le travail au cardio c'est pas un cadeau !

Ben ça flatte son égo de voir son nom aussi haut dans le tableau !

Ben ça flatte son égo de voir son nom aussi haut dans le tableau !

A J+7, le coach est déjà au courant, alors en 2016, en relai à 2, y serons-nous ?...

 

Parce que vraiment la STL à plusieurs c'est vraiment encore mieux à plusieurs !

 

 

Tous les résultats : http://saintelyon.livetrail.net/

 

Toutes les photos : http://www.maindruphoto.com/fr/event/423/423.html

 

 

 

Commenter cet article

Fredy Auvergne 20/05/2016 08:54

Jolie balade.

seb 13/12/2015 21:56

Quel récit ! Et quelle perf ! Bravo les brutasses de fleur :-)
Du coup en 2016 ce sera la première place !

Mamanpat 15/12/2015 10:49

Merci Seb !