UTCO 2015 : Ultra Trail COllectif !

Publié le par Mamanpat

On l'envisage de nombreux mois à l'avance, on se prépare sur plus de 3 mois, les jours précédents on a le sentiment de ne pas être prêts...

Puis 15h49 après le top départ c'est déjà fini, on était prêts, quelques jours après ça paraît déjà si loin...

Mais quel sacré moment de sport !

Une balade de 105 km programmée en compagnie de Jean-Philippe (préparation Intégrale de Riquet pour lui) et le bonus de taille avec Thomas qui se décide à s'inscrire une semaine avant suite au Challenge Drôme interrompu à cause d'un ischio douloureux et voit par là l'occasion d'une reprise en douceur.... (sont tarés mes potes j'vous dis !).

UTCO 2015 - version Love Story - je t'aime...

... Pas du tout

- Quand ton heure de départ si matinale déboussole mon horloge intestinale biologique ! Cela n'a pas semblé déranger certain de mes compagnons mais que de nuisances sonores et olfactives !!!! (on ne reste pas devant ses amis dans ces cas là, non mais oh !)

Désolée pour cette entrée en matière mais en trail y'a pas, les intestins gouvernent le corps !

 

- Quand au bout de 70 km tu me fais souffrir le martyr : chaine musculaire ischio/fessier ultra douloureuse, un point de blocage au niveau du psoas à gauche avec la sensation d'un nerf coincé là et qui iradie toute la jambe surtout à partir du genou. Bref, sur les appuis desaxés ne pas contrôler sa jambe c'est pas vraiment l'extase. Et quand un état nauséux accompagne ces douleurs, presque on pourrait crier "COMBO" !

 

- Quand pour me sortir de cet état lamentable tu m'obliges à la médication : Jean-Phi me le propose à 2 reprises, le regard empli d'inquiétude. A la 3ème je cède et prend un doliprane... Finalement ce n'est qu'un peu de paracétamol... Et là au bout d'un moment, j'aurais pu crier "BINGO" quand cet état nauséux m'aura enfin quitter ! Et c'est à la faveur d'une interminable ligne doite version autoroute forestière que ma douleur à la jambe disparaîtra grâce à des appuis stables et réguliers ! (Mes compagnons n'ont pas aimé du coup moi un peu plus). C'est dans ce chemin sans fin qu'on passe notre "SaintéLyon", juste avant un virage à 90° à gauche qui nous fait basculer dans un nouvel univers campagnard !

 

Qui m'aime me suive !

Qui m'aime me suive !

... Un peu

- Quand tu me fais dormir seulement 2 heures car tu décides de débuter à 3h du matin : pas si dur à gérer et l'impression d'être à l'envers des autres ! Mais le pire c'est que j'avais 3h devant moi avec un réveil à 1h mais à minuit mon hydratation intensive de la journée a eu raison de ma vessie et la fête des voisins de mon ré-endormissement.

 

- Quand une portion de ton parcours longe l'autoroute. Bon ok, c'est histoire de trouver un petit défaut à ce parcours ultra varié en terme de paysages et de technicité de terrains : traversées de villages typiques bourguignons aux noms viticoles évocateurs (pour les connaisseurs, moi ça me laisse de marbre, je ne jure que par les bulles houblonnées et champennoises !), champs de moutarde ou de lin (que c'était beau ce champ bleu/mauve chatoyant !), vignes, longs chemins forestiers, single en sous bois, combes vertigineuses, pierreuses et techniques, hauts de combes offrant des points de vue somptueux, des végétations dignes de la garrigue provinciale... Bref en fait, j'aime à la folie !

C'est bon Jean-Phi, on t'a vu !
C'est bon Jean-Phi, on t'a vu !

C'est bon Jean-Phi, on t'a vu !

... Beaucoup

- Quand ton roadbook est respecté à la seconde ! 18h10 en 2013, je voulais donc repartir sur un temps inférieur la boue en moins et avait estimé que ce terrain glissant pouvait me pénaliser d'environ 2 heures. Plan de marche calé sur 16h par Jean-Phi, que j'ai ajusté sur les véritables distances mais timing idem. Ca donne :

Ravito 1, km 25 Pommard : estimé 3h, réalisé 3h.

M'engueulaient presque au départ les copains, trouvaient que je partais trop vite ! Mais pas du tout, j'avais dit "tout de suite à mon rythme de croisière, 10 km/h à plat c'est pas rapide !"

 

Ravito 2, km 32 Savigny : estimé 4h30, réalisé 4h30

Je vais bien, tout va bien !

 

Ravito 3, km 47 Changey : estimé 6h30, réalisé 6h30

Jean-Phi n'est pas bien mais ne rien dire et lui faire passer le cap...

 

Ravito 4, km 66 Meuilley : estimé 8h30, réalisé 8h30

Ca commence à tirer... Et quelle merdouille de courir dans les champs à vaches avec ces hautes herbes !

 

Ravito 5, km 75 Corboin : estimé 10h30, réalisé 10h30 (malgré bien 15 mn d'arrêt pour gros coup de bambou)

Ca va le faire !

 

Ravito 6, km 83 Morey : au fond de la 3ème combe, estimé 12h, réalisé 12h (mais à l'arrivée au stand, 10 mn de pause)

Au taquet le trio au ravito ! Il va finir avec brio !

 

Ravito 7, km 95 Couchey : estimé 14h, réalisé 14h10 (terribles les combes !)

Ah oui, c'est long quand même, pourtant j'ai la patate ! Mais au ravito, déchaînée la Pat, obligée de déloger les potos pour ne pas traîner et finir en moins de 16 heures !

 

Arrivée Marsannay 16h : réalisé 15h49 !

 

C'est nous qu'on l'a fait !

C'est nous qu'on l'a fait !

... A la folie

- Quand tu me donnes des jambes de feu sur les 20 derniers km de course ! 15h49 de course avec certes une petite traversée du désert sur 5/6 km mais dans l'ensemble, quelle course incroyable ! De belles et bonnes sensations, une bonne allure sur les relances et ce jusqu'aux derniers mètres, un plaisir fou en fin de course à savoir dérouler facilement, apprécier de le faire sur un tracé toujours technique, ne pa subir et se dire à chaque foulée "pu...., c'est quand que ça se termine ?" !

 

- Quand les paysages que tu nous proposes nous éblouissent : oui je l'ai déjà dis mais en commençant par un truc un peu moins bien mais je le redis, pas de monotonie sur l'UTCO !

 

- Quand cette portion en single track sur le GR Batier est courue en compagnie de 2 gars de l'orga : quelle éclate ces quelques km ! Il râlait fort au début le gars de devoir baliser un sentier sur lequel il n'y avait aucune confusion possible, puis il s'est adoucit parce que j'ai un peu déconné faut dire et il m'a poussé dans une montée (non je n'ai pas triché ! Purée qu'est-ce que ça allège et facilite les foulée ça !) en me disant "tu ne vas pas te laisser passer par les 2 vieux là " "Ben c'est un peu mon escorte !...). La suite s'est courue sur des échanges de courses furieuses, surtout entre hommes hein, mais moi menant l'allure devant. Me sentait l'âme et la légereté d'une biquette !

 

- Quand tu ne m'auras jamais autant fait boire, manger, courir et faire pipi !

Au moins 4 litres de boisson, 3 pauses pipi, 4 barres, 2 sachets crackers sésame miel, 1 mini sandwich jambon beurre et couru tout e qui pouvait se courir, même des petites montées !!!

 

- Quand à 5km de l'arrivée tu m'envoies ma cahouette et qu'elle me soutienne pour finir ! Merci pour tout ma cahouette.

 

C'est reparti !

C'est reparti !

... Passionnement !

- Quand je franchis ta ligne d'arrivée mains dans les mains avec mes compagnons de route. Une accolade, un regard et rien à redire, on sait ce que nous venons de partager et savons très bien ce que nous ressentons....

 

- Quand derrière cette même ligne ma cahouette est présente, encore une fois...

 

- Quand un inconnu t'offre des fleurs ! Ah non, c'était une adorable bénévole de l'organisatione et c'était une rose pour les féminines à l'arrivée !

 

J'vous jure, j'ai pas chouigné ! Mais ça grince un peu non ?!...
J'vous jure, j'ai pas chouigné ! Mais ça grince un peu non ?!...
J'vous jure, j'ai pas chouigné ! Mais ça grince un peu non ?!...
J'vous jure, j'ai pas chouigné ! Mais ça grince un peu non ?!...

J'vous jure, j'ai pas chouigné ! Mais ça grince un peu non ?!...

Au top ma cahouette !

Au top ma cahouette !

- Quand tu me rappelle que je suis vraiment : passionnée, optimiste, battante, investie, enthousiaste, joyeuse et combative...

Pinky girly happy Pat !

Pinky girly happy Pat !

Encore un grand bravo et immense merci à Fabrice Dubuisson et toute son équipe organisatrice !

 

Crédit photos : Mamanpat, Nicolas Goisque (http://niko-ngoisque.blogspot.fr/2015/05/ultra-trail-de-cote-dor-2015-toutes-les.html)

 

Les résultats : http://www.sportinnovation.fr/resultats/resultat_cr.php?crs=768

 

 

 

Commenter cet article